LE MISANTHROPE

LE MISANTHROPE, au théâtre de l’Œuvre. C’est une des pièces de Molière les plus jouées (on l’a vue six fois en deux ans à Paris), et on ne s’en lasse pas ! Cette fois, c’est Michel Fau qui l’a mise en scène, et il joue le rôle d’Alceste, en compagnie de Julie Depardieu (Célimène), Édith Scob (Arsinoé), Jean-Pierre Lorit (Philinte)… mais il faudrait les citer tous car ils sont tous excellents. Tout est excellent d’ailleurs dans cette version, et notamment la mise en scène, très inventive, et la volonté de surjouer qui, pour une fois, n’est pas un défaut. On a l’impression de redécouvrir cette œuvre immortelle et on s’amuse follement. Je me plais à penser que Molière devait la jouer de la même façon. « On peut être honnête homme, et faire mal des vers » dit Philinte, dans l’acte IV. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’était pas le cas de Jean-Baptiste Poquelin : ça coule de source.

Je ne sais pas jusqu’à quand ils vont le donner, à l’Œuvre, mais ça vient juste de commencer : ça serait dommage de manquer ça, croyez-m’en (réservations au 01 44 53 88 88).

Ce contenu a été publié dans Chef d'œuvre, Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× deux = 16

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>