PROJET LUCIOLE

PROJET LUCIOLE, de Nicolas Truong, avec Nicolas Bouchaud et Judith Henry, au Monfort Théâtre.

Ça s’intitule « théâtre philosophique », et l’auteur le présente ainsi : « Alors qu’un certain cynisme désenchanté semble dominer notre époque, cette pièce cherche à faire entrevoir ce que seraient de nouvelles « Lumières » contemporaines, loin du catastrophisme ou de l’aquabonisme dans lequel s’est enferrée une large partie du postmodernisme philosophique et politique ».

Mission accomplie !

Sous une pluie de livres et de pages qui tombent des cintres (les lucioles ?), les comédiens citent les philosophes contemporains majeurs (aphorismes ou extraits plus étoffés), ceux qui ont le mieux éclairé la pensée du XXème siècle. Une vingtaine d’auteurs, d’Adorno à Vaneigem (et même plus : par exemple le Séraphin Lampion des Bijoux de la Castaphiore !). Ils le font avec beaucoup de conviction, dans une mise en scène alerte très vivante. C’est dense, passionnant, étourdissant. Une des citations qu’ils font d’Hannah Arendt résume bien leur travail : « Réfléchir cela signifie toujours penser de manière critique et penser de manière critique cela signifie que chaque pensée sape ce qu’il y a en fait de règles rigides et de convictions générales ».

Il faudra que je lise le texte de Nicolas Truong en entier pour en apprécier à tête reposée toute la richesse (et pour ne pas mourir idiot, comme ils le disent à la fin) : c’est publié chez Venenum éditions/Théâtre, et ça coûte 12 Euros (avis aux amateurs).

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + 9 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>