CAVALES

CAVALES, de Pierre Vignes, mise en scène Sébastien Rajon, avec Stéphanie Papanian et Michel Laliberté, à l’Essaïon.

Elsa, une jeune mariée est en fuite. Dans la forêt, elle rencontre Paul, un invité de la noce, qui a décroché lui aussi, laissant son épouse. Une relation amoureuse va naître entre eux. Chemin faisant, d’autres personnages apparaîtront : un garde-chasse québécois, le marié, la femme de Paul, une baronne inquiétante.

Avec un décor mobile sommaire et transformable à vue, les deux comédiens incarnent successivement tous les rôles avec un très grand talent. La pièce est structurée en une série de flash-back à la chronologie décalée, et on comprend peu à peu les angoisses des deux personnages principaux. C’est étourdissant et fort bien ficelé, et Michel Laliberté en particulier est épatant.

Un spectacle hautement conseillé. Jusqu’au 11 février, le lundi et le mardi à 20h.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + cinq =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>