LE CROCODILE TROMPEUR / DIDON ET ÉNÉE

LE CROCODILE TROMPEUR / DIDON ET ÉNÉE, d’après l’opéra de Henry Purcell « et d’autres matériaux » (sic), mise en scène Samuel Achache et Jeanne Candel, direction musicale Florent Hubert, au théâtre des Bouffes du Nord.

Le baroque, en musique, Purcell en est un magnifique représentant, et l’opéra que nous venons de voir et d’entendre aux Bouffes du Nord lui rend un bel hommage, avec des chanteurs-musiciens-comédiens superbes. Mais « baroque », ça peut aussi avoir un autre sens : insolite, farfelu, excentrique, et ça s’applique aussi à ce spectacle dont l’extravagance est extrèmement réjouissante, et place quasiment Purcell en précurseur des surréalistes et des Marx Brothers. Je ne vous raconte pas (d’ailleurs c’est inracontable), mais je vous garantis que c’est à la fois beau et drôle. De l’opéra comme ça, on en redemande !

C’est jusqu’au 12 janvier.

Ce contenu a été publié dans Opéra & C°, Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>