EDMOND ROSTAND, SURVIVRE A CYRANO

EDMOND ROSTAND, SURVIVRE Ả CYRANO, d’Axel Sénéquier, avec Yann Chevalier, au Theo Théâtre.

Merveilleux projet : découvrir Edmond Rostand derrière son Cyrano, dont la gloire a toujours estompé celle de son créateur. Redécouvrir qu’il fut un homme très vivant,  un poète délicat très aimé des femmes (Rosemonde Gérard, sa poétesse d’épouse, qui lui dédia ses vers fameux : « Et comme chaque jour je t’aime davantage, / Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain », Anna de Noailles, Mary Marquet, Sarah Bernhardt, et beaucoup d’autres), un homme affable (et à fables ! précise Claude Aziza dans sa préface au recueil du théâtre de Rostand édité par Omnibus en 2006), devenu accadémicien avant de se retirer à Cambo dans la maison construite selon ses plans : Arnaga (qu’on peut toujours visiter).

Il est rapellé que, derrière le fabuleux succès de Cyrano de Bergerac (41 rappels d’une salle en délire lors de la première en 1897), succès qui ne se démentira plus jusqu’à aujourd’hui dans le monde entier, d’autres pièces emportèrent l’adhésion de la critique, L’Aiglon et Chantecler par exemple…

Le texte d’Axel Sénéquier est sobre et enthousiasmant, et il est remarquablement bien interprété parYann Chevalier qui campe un Rostand très expressif et très sympathique, sûrement très proche de l’homme réel.

Un spectacle original qu’il ne faut pas manquer : c’est le mercredi à 20h30 jusqu’au 12

février.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − = deux

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>