OCCUPE-TOI D’AMÉLIE

OCCUPE-TOI D’AMÉLIE, de Georges Feydeau, mise en scène Henri Lazarini, au Théâtre 14.

C’est à mon avis une des pièces les plus folles de Feydeau, le roi du quiproquo et des rebondissements délirants qui détraquent la machine sociale bourgeoise. Et là, on est servis !

Vingt-huit personnages hauts en couleur (réduits ici à treize) virevoltent autour d’ Amélie, une cocotte qui émoustille les hommes du tout-Paris. Elle organise un faux mariage entre elle et Marcel, car le parrain d’icelui exige qu’il soit marié pour toucher son héritage. Son ami Etienne, jaloux, va manoeuvrer pour que ce mariage soit réel, au grand dam des impétrants, et d’un Maharadja (dans le texte original, un prince russe) qui comptait bien mettre Amélie dans son lit… Le tout sur un rythme échevelé, comme toujours chez Feydeau.

Mais c’est là où le bât blesse au Théâtre 14, car la mise en scène est banale, et l’énergie manque. Je n’ai pas rigolé une seule fois. C’était meilleur que la version vue l’an dernier à La Michodière (mise en scène Pierre Laville), mais je crois qu’on peut faire bien mieux avec ce vaudeville délirant.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à OCCUPE-TOI D’AMÉLIE

  1. Si on peut faire mieux, que ne le faîtes-vous ! Égayez-nous de votre fameuse fantaisie et d’avance merci…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>