COSMOS

COSMOS, d’après Witold Gombrowicz, adapté et mis en scène par Joris Mathieu (Compagnie Haut et Court), au Monfort Théâtre.

C’est sous-titré « théâtre optique ». Optique, oui ; théâtre, non. Une scénographie originale et très mobile, un plateau qui tourne, de belles images vidéo qui soutiennent le déroulé de l’action de façon efficace, des lumières magnifiques, des couleurs. Quant à savoir ce que ça raconte, je serais bien en peine de le dire avec précision, même si j’avais bien aimé le roman de Gombrowicz (mais mes souvenirs sont un peu flous : ça remonte aux années soixante…) Je n’ai rien compris, et mes voisins non plus. Par exemple, que signifient ce moineau et ce chat pendus ? Les hommes et les femmes que le narrateur rencontre sont-ils menacés ? Ça a l’air d’ un cauchemar. Un très beau cauchemar, mais un cauchemar tout de même…

On retrouve dans ce spectacle toute l’équipe de « URBIK/ORBIK » qu’on avait vu (déjà au Monfort) l’an dernier, avec le même plaisir esthétique, mais le même défaut : un bel emballage vide. Une performance visuelle, mais pas du théâtre. A la rigueur de la bande dessinée !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept + = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>