LULU

LULU, LA BOÎTE DE PANDORE, Tragédie monstre, Drame pour la lecture, de Franck Wedekind, mise en scène Thomas Matalou, à l’Étoile du Nord Théâtre.

Franck Wedekind a écrit La boîte de Pandore à la fin du XIXème siècle, et Alban Berg en a tiré son fameux opéra Lulu. Il s’agit en effet d’une « tragédie monstre », un vrai cauchemar : l’histoire de Lulu, pauvre petite fille violée par son père, et recueillie à l’âge de 12 ans par un homme qui se proclame son tuteur et en fait sa maitresse. Elle passera ensuite d’hommes en hommes au gré de leurs fantasmes sexuels et parfois mortifères, sera battue, se prostituera… j’en passe et des pires. Il s’agit pour Wedekind, à travers un vaudeville sordide et effrayant, de dénoncer une société bourgeoise immorale dominée par le sexe et le fric. Ça finira mal pour Lulu, qui sera assassinée.

Thomas Matalou a réalisé là une mise en scène et une scénographie très originales et très fortes, mélant ses huit comédiens (tous excellents) au public, et faisant évoluer celui-ci dans l’espace au fur et à mesure du déroulé de l’intrigue. Ça commence dans le hall du théâtre, où une comédienne maître d’oeuvre prépare les spectateurs, les emmène dans le jardin, puis dans les coulisses, puis sur la scène (où nous sont offerts en passant boissons et gâteau d’anniversaire) et enfin dans la salle, tandis que l’histoire se déroule. C’est puissant,  et on se trouve pris dans et par la pièce comme rarement au théâtre. Une performance extraordinaire qui vaut le déplacement. C’est jusqu’au 16 novembre.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 9 = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>