LA DAME DE LA MER

LA DAME DE LA MER, de Henrik Ibsen, adaptation Éric-Emmanuel Schmitt, m.e.s. Jean-Romain Vesperini, avec Jacques Weber, au Théâtre Montparnasse.

Ibsen + Schmitt + Weber : j’y suis allé en toute confiance et même avec enthousiasme. Grosse, très grosse déception. Une mise en scène plate, des personnages qui entrent et sortent à contretemps avec une constance étonnante, et des comédiens qui disent leurs répliques mécaniquement, sans s’écouter, tellement mauvais que j’hésite à leur attribuer le nom de comédien (même Jacques Weber est à côté de la plaque, je n’aurais pas cru ça possible). Pour moi donc, un échec poignant.

Un nom à retenir : Vesperini – ne plus jamais aller là où il œuvre…

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 8 = soixante quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>