PEER GYNT

Peer Gynt (Henrik Ibsen). La Comédie Française, au salon d’honneur du Grand Palais. Mise en scène : Éric Ruf. Un lieu sublime, des comédiens superbes, des costumes remarquables, des musiciens épatants, une mise en scène extraordinaire. Un long chemin au centre, parcouru par une voie ferrée, le public de chaque côté (en « bifrontal » comme on dit) : tout pour réussir un spectacle formidable. Et pourtant un ennui total. Quel gâchis ! Drôle d’idée de monter cette pièce débile qui ne réjouirait même pas des enfants, et pourtant Dieu sait combien j’aurais aimé la retrouver, mon âme d’enfant… Je rêve que dans cet endroit, avec cette troupe, on ait monté Ubu, Don Quichotte, le Cid, Hamlet, que sais-je ? mais pas cette fable inepte. Je suis parti à l’entracte !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− un = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>