JOHAN PADAN A LA DÉCOUVERTE DES AMERIQUES

24/7/13
JOHAN PADAN Ả LA DÉCOUVERTE DES AMÉRIQUES, de Dario Fo, par Alberto Garcia Sanchez, au Théâtre 14 (dans le cadre du festival « en compagnie(s) d’été »).
Je me demande ce qu’il faisait, en 1968, Dario Fo. Du théâtre dans les usines pour les travailleurs, probablement. Au sortir du Théâtre 14, ce soir, j’ai envie de dire : Dario Fo, c’est le Brecht italien (si je déconne n’hésitez pas à me le dire !). Pour moi, ils sont les deux plus grands dramaturges du XXème siècle.
Fuyant l’inquisition à Venise, Johan Padan se réfugie en Espagne. Il y trouve les autodafés et décide de s’enfuit à nouveau. On est en 1492 : il s’embarque avec Christophe Colomb pour l’Amérique. Mais là encore, il va assister aux massacres d’Indiens par les conquistadores espagnols. Une histoire fascinante et trépidante typique de Dario Fo. L’église, le Capital et l’armée en prennent pour leur grade (il s’était déjà payé la tête la tête des militaires du temps de Colomb dans une pièce que je n’ai malheureusement jamais vue : Isabelle, trois caravelles et un charlatan).
Alberto Garcia Sanchez est seul en scène, et il incarne tous les personnages. Pas de décor, pas d’objets, mais son art est tel qu’on a l’impression de tout voir autour de lui. Trois petits gestes des mains, et on assiste à un feu d’artifice. Trois autres, et on voyage en mulet puis en chameau dans la montagne… j’en passe. Un conteur formidable pour un texte magnifique qui garde toute son actualité. Retenons le nom de ce comédien remarquable.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ trois = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>