LE MÉDECIN MALGRÉ LUI (Los Angeles 1990)

22/6/13
LE MÉDECIN MALGRÉ LUI, Los Angeles 1990, mise en scène Aurélien Rondeau et Quentin Paulhiac, au Lucernaire.
Hier, au sortir de La Visite, de Victor Haïm (au théâtre du Nord-Ouest), je m’interrogeais sur mes facultés intellectuelles, car j’avais mal compris le sens de cette pièce, et je me disais qu’il serait bon que j’aille consulter. Eh bien, j’ai trouvé aujourd’hui le médecin qu’il me faut : c’est Sganarelle, que le collectif LE PACK vient de ressusciter pour notre plus grand plaisir. Le seul problème est qu’il consulte à Los Angeles… Mais je vais me payer le voyage, ça vaut le coup. À moins que j’arrive à le coincer à Paris, puisqu’il est au Lucernaire jusqu’au 24 août.
Même si (et surtout si) vous n’êtes pas malade, je vous conseille d’en faire autant, car cette bande d’allumés a revisité la géniale pièce de Molière d’une façon extrêmement drôle qu’il ne faut pas manquer, si m’en croyez. Vous le reconnaîtrez facilement, dans son habit jaune et vert « comme un perroquet », et même s’il essaie de vous coincer l’écorce entre le doigt et l’arbre (sic), il vous séduira, j’en suis sûr.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux − 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>