CARNET D’ENFANCE

Carnet d’enfance, de et avec Jacques Courtès, accompagné par Christine Kotschi, mise en scène de Stanislas Grassian, au théâtre Darius Milhaud. Nous étions six spectateurs ce soir (le week-end de Pentecôte ?), mais ils en auraient mérité cent fois plus (au moins). Un des meilleurs spectacles de la saison : j’ai été enthousiasmé.
Il s’agit donc de souvenirs d’enfance (autobiographiques probablement), entre Marseille et Monaco, entre grand’mère et mer, poissons et poulpes, sévère directeur d’école et joyeux copains, frères et sœurs à l’arrière de la belle Simca d’occasion que le père vient d’acheter, et plein d’autres encore. C’est magnifique de tendresse et d’émotion, dans un style élégant et très vivant à la fois : un grand moment. Jacques Courtès dit (et vit) son texte brillamment, soutenu par les instruments de Christine Kotschi (violon iranien, épinette des Vosges, boite à musique, cymbale, grande roue fermée pleine de billes qui fait entendre la mer quand on la remue, et d’autres encore), véritable femme-orchestre, et cet accompagnement sonore constitue un contrepoint merveilleux au texte.
C’est au 80, allée Darius Milhaud (métro Porte de Pantin) tous les lundis jusqu’au 25 juin, à 19h15, et on réserve au 01 42 01 92 26. Si ça ne vous séduit pas, je vous rembourse, foi de théâtraddict !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>