LE JOURNAL D’UN FOU

25/3/13

LE JOURNAL D’UN FOU, de Nicolas Gogol, mise en scène Wally Bajeux, au théâtre du Gymnase-Marie Bell.
Terrifiant et fascinant spectacle, autant par le texte que par l’interprétation de Syrus Shahidi. Un cauchemar dans lequel entre progressivement un petit fonctionnaire, et qui va le conduire à la démence. Engagé dans un ministère comme « conseiller titulaire » au service d’un général, on ne lui donne à faire en réalité que des choses dérisoires (tailler des plumes, classer des dossiers sans intérêt…). Il tombe amoureux de la fille du général mais celle-ci l’ignore superbement (d’ailleurs elle va se marier). Humilié, méprisé par ses collègues, il se met à délirer, imaginant que son cerveau n’est plus dans sa tête, que la terre entre en conflit avec la lune, que les chiens lui parlent et lui écrivent, qu’il est le roi d’Espagne, inventant des dialogues farfelus dont il tient toutes les parties, j’en passe… La folie s’aggrave rapidement et va le tuer.
Syrus Shahidi réussit là un seul-en-scène remarquable, alliant le dramatique et le comique ; on en sort quelque peu troublé, et bouleversé. Pour se remonter le moral, un petit verre de vodka serait bienvenu ; mais au Petit Gymnase, ils n’ont pas prévu ça : c’est le seul reproche que je leur ferai !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>