LE CAS JEKYLL

26/2/13
LE CAS JEKYLL, de Christine Montalbetti. Deux ans après, on remet le couvert : même pièce (d’après Robert-Louis Stevenson), même comédien (Denis Podalydès), même théâtre (l’Ouest Parisien). Seule différence, mais de taille : le docteur Jekyll (merveilleusement bien incarné par Podalydès) est cette fois accompagné par Kaori Ito, magnifique danseuse qui le hante. Elle est incroyable, Kaori, on dirait qu’elle a six bras et douze jambes ; parfois pieuvre, parfois papillon. On comprend l’angoisse de Jekyll… Et un vertige prend le spectateur : qui est Jekyll, qui est Hyde de ces deux-là ? Ça se mélange terriblement, et l’esprit de Stevenson me paraît ainsi fort bien rendu.
Ceux qui craignent les cauchemars se dispenseront d’aller y voir ; les autres vont bien s’amuser !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 − quatre =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>