HISTOIRE DU SOLDAT

23/2/13
HISTOIRE DU SOLDAT, conte de Charles-Ferdinand Ramuz, musique d’Igor Stravinski, orchestre dirigé par Hélène Bouchez, mise en scène et scénographie Roland Auzet, à l’Athénée Louis-Jouvet.
Un seul conteur-comédien (Thomas Fersen, que je ne connaissais que comme chanteur et auteur, notamment d’une chanson du film « Ernest et Célestine » chantée par Lambert Wilson) pour dire le texte de cette œuvre fameuse, mais il est indéniablement à la hauteur. La hauteur : c’est bien le mot aussi pour les sept musiciens, qui sont accrochés magiquement en fond de scène (et n’ont pas l’air d’avoir le vertige, heureusement), et pour la musique (Stravinski, j’adore). Et la scénographie est fantastique, au sens profond du terme (fabuleuse, étonnante), et justifie pour moi à elle seule d’aller voir ce spectacle. Je ne vous la raconte pas : il faut y aller.
L’histoire, par contre, je serais bien en peine de la résumer. Le petit topo distribué à l’entrée parle d’un soldat qui revient de guerre, mais je n’ai pas bien compris pourquoi il passe son temps –entre autres- à ranger des douzaines de chaussures de femmes. Au demeurant, ça n’a guère d’importance, car le tout est enlevé avec maestria et drôlerie. Du grand art. On passe une excellente soirée.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>