LES ÂMES MORTES

19/2/13
LES ÂMES MORTES, pièce adaptée du roman de Nicolas Gogol par Anton Kouznetsov (qui a aussi fait la mise en scène) et Laurent Lejop, au théâtre 71 (Malakoff).
Trois comédiens excellents, une mise en scène originale et vive, une histoire abracadabrante (Jean-François Perrier dit de Gogol dans cette œuvre qu’il est un « Kafka farceur », et c’est bien vu). Un petit escroc décide de faire fortune en achetant des morts pour les revendre, et c’est toute une galerie de personnages ridicules qui défile, tableau désolant de la Russie tsariste.
Et pourtant, je suis resté sur ma faim ; c’est un peu trop long et ça se répète, ça manque de légèreté, c’est tartiné trop épais (à mon avis). André Markowicz, qui a fait la traduction, l’avoue d’ailleurs dans le topo distribué à l’entrée : « une invention verbale proprement géniale mais radicalement intraduisible ». Idée de recette : apprendre le Russe et retourner voir cette pièce en V.O. On s’y met ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 × sept =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>