COMME S’IL EN PLEUVAIT

22/1/13
COMME S’IL EN PLEUVAIT, de Sébastien Thiéry, avec Pierre Arditi et Evelyne Buyle, mise en scène Bernard Murat, au théâtre Edouard VII.
C’est du fric qui arrive « comme s’il en pleuvait » dans cette comédie de boulevard rondement menée et où l’on s’amuse pendant une heure et demie. Ça ne va pas chercher bien loin, mais on a bien le droit de se distraire de temps en temps, même si ça n’est pas bon marché (45 Euros avec BilletRéduc). Mariés depuis vingt ans, lui anesthésiste et elle directrice d’école maternelle, ils se mettent à découvrir des billets de banque dans leur appartement sans savoir d’où ils viennent. D’abord 100 Euros, puis 1000, puis 30000, puis des sacs poubelles de cent litres pleins à craquer, et enfin ça se met à pleuvoir réellement. Ça va dévaster leur vie, et ça finira mal ; comme quoi l’argent ne fait pas le bonheur (de ceux qui n’en ont pas ajoutait je ne sais plus quel humoriste, et Jules Renard disait : « si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le »).
Un conseil si vous y allez voir : demandez une place dans les premiers rangs. Avec un peu de chance, vous attraperez quelques uns des billets qui tombent des cintres et ça vous remboursera (mais je ne suis pas sûr que ça soit de la vraie monnaie !). Tout compte fait, c’est quand même trop cher pour ce que c’est. Pourtant, la salle était complète : y aurait-il davantage de riches que je ne le pensais ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf × = 81

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>