EN ATTENDANT GODOT

20/1/13
EN ATTENDANT GODOT, mise en scène de Bernard Levy, à l’Athénée. C’est la sixième pièce de Samuel Beckett qui se joue à Paris en trois mois. Faut-il y voir la conséquence (ou l’illustration ?) d’un délitement, d’un effritement des relations sociales ? De ce point de vue, En attendant Godot est une des plus sombres de ces pièces, d’un pessimisme difficile à soutenir malgré l’humour qui la parsème. Je ne sais pas la part du texte et celle de la mise en scène dans le malaise et l’ennui que j’ai ressentis cet après-midi à l’Athénée, mais j’en suis sorti avec le moral à zéro. Les comédiens étaient pourtant excellents. Feront-ils mieux avec Fin de partie, qu’ils vont jouer en février ? Ce n’est pas donné d’avance, car c’est une pièce également très âpre…
Je préfère de loin d’autres pièces de Beckett, comme par exemple celles que nous avons pu admirer récemment : La dernière bande (à l’Essaïon et au théâtre de l’Œuvre) ou Premier amour (à l’Atelier). C’est pourtant la même philosophie. Mais ce sont des œuvres plus courtes. La mise en scène et l’interprétation ont évidemment également leur part là-dedans.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − quatre =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>