LA RÉUNIFICATION DES DEUX COREES

17/1/13
LA RÉUNIFICATION DES DEUX CORÉES, de Joël Pommerat, à l’Odéon (ateliers Berthier), par la compagnie Louis Brouillard.
Un spectacle extraordinaire comme on en a jamais vu (mais il faudra qu’on m’explique le titre, car de la Corée, il n’est pas question !).
D’abord, le contenant : un dispositif scénique singulier, avec des gradins en bifrontal pour les spectateurs, et au milieu un long et large couloir où évoluent les comédiens. Ensuite, la mise en scène, très originale et dynamique. Enfin, le contenu : une série de courtes scènes fascinantes, indépendantes, jouées par un petit nombre d’acteurs (deux le plus souvent), se succédant allègrement pendant près de deux heures (qu’on ne voit pas passer tellement c’est passionnant).
Il s’agit du couple, de l’amour, de la famille, de l’amitié, des difficultés de vivre ensemble et de se parler, des affres de la séparation. C’est très vivant, et on se reconnaît dans bien des tableaux. Avec un leitmotiv : l’amour ne suffit pas. Les huit comédiens endossent chacun plusieurs rôles, et ils le font avec un talent merveilleux. Quelqu’un a comparé cela à La ronde, d’Arthur Schnitzler, et la comparaison n’est pas mauvaise. Un spectacle d’exception à voir absolument, si m’en croyez. Ça se donne jusqu’au 3 mars, et on réserve au 01 44 85 40 40 (sage précaution, car, bien que ce fut la première ce soir, c’était archi-complet).

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + = 10

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>