REGARDEZ MAIS NE TOUCHEZ PAS

27/12/12

REGARDEZ MAIS NE TOUCHEZ PAS !, de Théophile Gautier, par la compagnie Abraxas, mise en scène de Jean-Claude Penchenat, au Lucernaire.
« Succès ! Prolongations ! » proclame le flyer, et ça ne m’étonne pas : c’est un des spectacles où je me serais le plus amusé cette année. Cette pièce, créée paraît-il en 1847 et jamais rejouée depuis, est un pastiche complètement baroque et farfelu du drame romantique dont le XIXème siècle était friand. L’auteur du « Capitaine Fracasse » s’est vraiment éclaté en l’écrivant, et les comédiens que nous avons vus ce soir sont impayables (enfin, j’espère qu’ils le sont quand même, payés, ils le méritent).
Une comédie de cape et d’épée qui doit se passer au temps des trois mousquetaires de chez nous, et qui n’a rien à leur envier d’ailleurs ; c’est même beaucoup plus drôle. La reine d’Espagne a eu un accident de cheval, mais comme il est interdit de toucher à la reine sous peine de mort, l’homme qui lui est venu en aide est en grand danger. Ils sont deux sur les rangs, un imposteur fanfaron et un benêt romantique, et ils vont sans cesse essayer de se refiler la patate chaude, avec à la clef la promesse pour celui qui sera reconnu comme le sauveur de sa majesté (à ses risques et périls) d’épouser Dona Beatrix, une suivante richement dotée. Quiproquos, duels, affrontements verbaux s’enchaînent, avec des personnages somptueusement vêtus de capes (et d’épées mais elles restent virtuelles), de chapeaux noirs, de dentelles rouges, et de très belles femmes pourvues d’éventails et de mantilles, sous la direction côté cour d’une espèce de metteur en scène qui scrute le texte, fait le souffleur, corrige sans cesse l’accent espagnol des acteurs, vérifie leurs tenues, et assure le bruitage des coups d’épées invisibles sur sa batterie de cuisine.
C’est Hellzapoppin au temps de Charles Quint. Une soirée à ne pas manquer : ça se donne du mardi au samedi à 21h30 jusqu’au 20 janvier. Et pensez à réserver : c’était complet ce soir (01 45 44 57 34).
P.S. Le titre, on l’apprend à la fin, se réfère à ce que doivent respecter les fiancés l’un envers l’autre avant le mariage. Personnellement, je ne suis pas sûr d’être d’accord…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ quatre = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>