LA COMPAGNIE DES SPECTRES

26/12/12

LA COMPAGNIE DES SPECTRES, de et par Zabou Breitman, d’après un roman de Lydie Salvayre, au théâtre de la Gaîté-Montparnasse.
A l’occasion de la visite d’un huissier de justice qui vient saisir les meubles du petit appartement qu’elles occupent (car elles n’ont pas payé le loyer depuis sept mois), une fille et sa mère revoient le passé. La grand’mère est également convoquée pour cette évocation.
Zabou Breitman, seule en scène, endosse les trois rôles simultanément avec un talent impressionnant. Le passé en question, c’est surtout les sombres années 30-40, la collaboration, le maréchal Pétain (qui apparaît aussi, sous la forme d’une poupée géante). C’est très dense ; ça se voudrait léger mais c’est assez lourd, et un peu confus. Je ne suis pas sûr d’avoir saisi le message : est-ce que c’est que nous sommes tous faits de notre passé familial, si glauque soit-il ? Ou, comme le dit la comédienne (dans une interview avec je ne sais plus qui), est-ce l’illustration que notre histoire personnelle est toujours imbriquée avec la grande histoire (et permet de la comprendre) ? Un mode d’emploi m’aurait aidé, mais il n’y en avait pas…
Un spectacle à voir seulement pour les QI>150.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − cinq =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>