LES PRÉCIEUSES RIDICULES

25/12/12

LES PRÉCIEUSES RIDICULES, au théâtre musical Marsoulan.
Cette très célèbre pièce de Molière est souvent montée (quatre fois rien que cette année à Paris), et c’est tant mieux : ce n’est pas qu’un début mais continuons tout de même le combat… contre l’affectation, le discours creux et le snobisme. C’est Gaël Albespy qui a fait la mise en scène ce soir. Nous l’avions déjà vu en mars, dans la même pièce, à la Comédie Saint Michel, où il avait fait merveille. Est-ce l’émigration dans l’est parisien, ou la fatigue d’une fin d’année, ou le réveillon d’hier soir qui a un peu éteint les comédiens ? Quoiqu’il en soit, je n’ai pas retrouvé aujourd’hui la gaîté dynamique qui m’avait beaucoup amusé lorsque je les avais vu la première fois. Même le fameux alexandrin de l’impromptu déclamé par le valet Mascarille déguisé en marquis (Au voleur, au voleur, au voleur, au voleur !) ne m’a pas fait rire, c’est dire…
Donnez-moi votre carnet de note, Albespy : je vous inscris un « peut mieux faire ». Ramenez-le-moi signé de vos parents.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× sept = 49

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>