LES TRIBULATIONS D’ANA

26/11/12

Les tribulations d’Ana, d’après « les tribulations d’une caissière » d’A. Sam, à l’Essaïon. Vica Zagreba (mise en scène par Sébastien Rajon) est seule en scène pendant une heure, et on ne s’ennuie pas : elle est pleine d’humour et elle joue bien de son corps. Elle raconte l’histoire, les aventures, les joies et les déboires d’une jeune femme (très jolie) qui cherche du boulot. Elle a un D.E.A. de lettres modernes, mais n’a trouvé (en pianotant sur Google) qu’une place de caissière dans une grande surface.
Pour vous donner un aperçu du style de ce spectacle, je vous citerai ce qu’elle a (aussi) trouvé sur l’internet, et qui lui sert d’introduction : « Travail vient du latin populaire tripalium qui désignait un instrument d’immobilisation et de torture à trois pieux. On appelle encore travail un appareil servant à immobiliser les chevaux rétifs pour les ferrer. Ce mot désignait aussi autrefois l’état d’une personne qui souffre, et ce sens est toujours utilisé en obstétrique. Il a été étendu ensuite aux occupations nécessitant des efforts pénibles, celles des hommes de peine… »
Mais rassurez-vous : le travail de Vica sur scène est tout sauf pénible pour le spectateur ! Elle joue jusqu’au 18 décembre.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>