DÉJEUNER CHEZ WITTGENSTEIN

5/10/12
Déjeuner chez Wittgenstein, de Thomas Bernhard, au théâtre la Boutonnière. Le Wittgenstein en question, c’est Paul, neveu du célèbre philosophe autrichien Ludwig, et ami de Bernhard. On le rencontre ici à sa sortie de l’hôpital psychiatrique où il était interné, accueilli par ses deux sœurs, comédiennes. Thomas Bernhard est connu pour sa misanthropie, et celle-ci éclate au grand jour dans cette pièce : il déteste la famille, l’état autrichien, Nietzsche, la peinture, la médecine, le théâtre (ça, je ne lui pardonne pas !) et même… les profiteroles que les deux sœurs offrent à Paul, croyant qu’il les adore.
On rêve de ce que Molière aurait fait d’un tel scénario, mais ici, c’est plat et ennuyeux, et la mise en scène d’Habib Naghmochin ne parvient pas à sauver l’affaire. On est loin de la création collective vue en avril dans le même théâtre, du même metteur en scène, et qui était, je ne crains pas de le (re)dire, géniale. Ça s’intitulait « Josefa », et la bonne nouvelle (sortez vos calepins), c’est qu’ils le reprennent du 19 mars au 26 avril 2013. C’est 25, rue Popincourt, tél 01 43 55 05 32.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 9 = quarante cinq

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>