ONCLE VANIA

28/9/12
Oncle Vania, à l’Athénée – Louis Jouvet, mise en scène de Christian Benedetti. C’est la pièce de Tchekhov la plus montée (quatre fois à Paris cette année, dont une version superbe au Théâtre Studio d’Alfortville), mais ce soir, grosse déception. Les comédiens ne sont pas en cause, c’est la façon dont on leur a demandé de jouer qui m’a semblé indigeste. Le texte est dit à toute vitesse (si on ne le connaissait pas presque par cœur, une bonne partie échapperait), et toutes les cinq à six répliques un blanc, un silence immobile, tout se fige pendant de longues secondes. Je n’ai pas compris la signification de cette mise en scène (et mes voisines non plus, de charmantes vieilles dames fans de Tchekhov). On avait l’impression désagréable que les acteurs cherchaient à se débarrasser au plus vite d’une œuvre qu’ils n’aimaient pas. Qu’en aurait pensé Jouvet ? Pour moi, c’était tout le contraire du théâtre. Stanislavski (qui créa la pièce en 1899) doit se retourner dans sa tombe : paix à son âme !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 − = sept

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>