LA BARQUE LE SOIR

26/9/12
La barque le soir, de Tarjei Vesaas, mise en scène de Claude Régy (si on peut appeler ça une mise en scène), à l’Odéon-Ateliers Berthier.
Un comédien (mais mérite-t-il ce nom ?) dans la pénombre, immobile, devant un rideau fermé faiblement éclairé, reste d’abord muet pendant quatre ou cinq minutes, puis, sans guère bouger davantage, se met à ânonner pesamment un texte auquel je n’ai pas compris grand-chose. D’après la plaquette distribuée à l’entrée, il s’agirait d’un homme qui dérive à la surface d’un fleuve, accroché à un tronc d’arbre, jusqu’à ce qu’il soit recueilli par deux individus sur une barque. Ces deux paroissiens apparaissent durant les cinq dernières minutes (sans barque), se rapprochent très lentement (plus lent que ça, tu t’enracines !), et ne prononcent pas un mot. Ça s’arrête là. Je ne donnerai pas les noms, je ne suis pas cafteur. Mais quand même, quel gâchis, dans cette belle salle des ateliers Berthier…
Vesaas est décrit comme un grand poète norvégien. Je ne connais pas la poésie norvégienne, mais j’espère que les autres auteurs sont meilleurs, parce que là, je me suis ennuyé comme jamais je ne m’étais ennuyé dans un théâtre… Il paraît que Régy a mis en scène (entre autres) Garcia Lorca, Duras, Sarraute, Pinter, Sarah Kane, Jon Fosse… les pauvres, ils se sont laissé faire ? Vous avez jusqu’au 3 novembre pour faire cette lamentable expérience, mais venez pas vous plaindre après, je vous aurais prévenu !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − 8 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>