DE ROUILLE ET D’OS

De rouille et d’os, de Jacques Audiard, avec Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts. D’une histoire lourdement mélodramatique (une jeune femme dresseuse d’orques à Marineland perd ses deux jambes dans un accident), Audiard a tiré sans pathos un film remarquable à tous points de vue. Remarquable dans la description des personnages, de leurs relations, de l’évolution de leurs sentiments. Un hymne à la vie, ou comment on peut venir à bout des pires soucis par l’amitié et l’amour. Et c’est loin d’être mièvre ; c’est solide, carré, crédible, profondément humain. Un film inhabituel, original, fort, à voir.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>