L’IDÉAL CLUB

L’IDÉAL CLUB, par les 26000 couverts, au Monfort Théâtre.

Quel plaisir de revoir cette bande d’allumés, que nous avions rencontrés il y a trois ans, déjà au Monfort, dans une version très décoiffante de Beaucoup de bruit pour rien (Shakespeare) qui nous avait époustouflés. Ils renouvellent l’exploit en un délire du plus haut comique, sur fond de jazz et de rock. Une comédienne qui se dispute avec le batteur et lui enfourne la tête dans la grosse caisse parce qu’il joue trop fort quand elle chante Fever, un autre qui se cuit une saucisse au barbecue et celle-ci se transforme en micro, des spectatrices qui interrompent le spectacle à plusieurs reprises pour parler à leur cousin qui fait partie de la troupe, des cow-boys qui jouent de la flûte, des indiens, de la scie musicale et de la tronçonneuse (musicale ?), j’en passe, c’est le grand délire hilarant, et les deux cousines du début terminent en éreintant le spectacle avant un show final fantastique. Ả ne pas manquer, si m’en croyez : c’est jusqu’au 10 janvier.

Ce contenu a été publié dans Humour, Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× sept = 21

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>