CYRANO DE BERGERAC

CYRANO DE BERGERAC, d’Edmond Rostand, par la compagnie « Le Grenier de Babouchka », Stéphane Dauch dans le rôle-titre, au Théâtre Michel.

Très bonne version de cette célèbre et brillantissime pièce qui est présente quasiment à  chaque saison théâtrale à Paris (ceci explique cela). Une mise en scène originale (Jean-Philippe Daguerre), une interprétation très vivante d’excellente qualité. On revoit avec  beaucoup de plaisir et de sympathie ce vieux libertaire sentimental de Cyrano, dont la philosophie me va droit au cœur :

…Et que faudrait-il faire ?

Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,

Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc

Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,

Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?

Non, merci. Dédier, comme tous ils le font,

Des vers aux financiers ? Se changer en bouffon

Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,

Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?

Non, merci…

Et pour ne rien gâcher, il y a en plus cette fois de la musique dont on nous dit que Rostand y avait pensé et que les partitions furent retrouvées dans sa maison d’Arnaga. Une fois de plus, Cyrano nous aura fait rire et nous aura émus…!

 

Cette pièce, mon Dieu, je la connais par cœur,

Mais ils ont réussi (ce n’est pas une critique),

Je dois le confesser, sans apprêt, sans pudeur,

A me tirer des larmes : suis-je donc romantique…

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = deux

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>