LA TEMPÊTE

LA TEMPÊTE, de Shakespeare, mise en scène Ned Grujic et Rafael Bianciotto, au Vingtième Théâtre.

C’est la meilleure version de cette comédie (ou tragi-comédie, car la mort rôde), une des dernières de Shakespeare, que l’on ait vu à ce jour. Il s’agit des magouillages, des règlements de compte et des trahisons de la gent politique pour conquérir et conserver le pouvoir. C’est donc d’une actualité indiscutable… La sorcellerie s’en mêle. Et l’amour (quand même).

Jouée avec des masques de commedia dell’arte, par des comédiens extraordinaires qui pour certains endossent plusieurs rôles, dans une mise en scène échevelée très dynamique et très originale, avec une scénographie étonnante, la pièce se voit comme une magnifique farce truculente haute en couleur et très pointue.

Une tempête qu’il faut absolument aller essuyer. C’est jusqu’au 26 octobre.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>