YERMA

YERMA, de Federico Garcia Lorca, adapté et mis en scène par Daniel San Pedro, au Théâtre 13.

C’est le deuxième volet de la trilogie rurale de Lorca (qui commence par Noces de sang et se termine par La maison de Bernarda Alba). Ce qui est montré ici, c’est la difficile condition des femmes en milieu rural dans les années trente.Yerma a épousé Jean. Ils s’aiment mais elle rêve d’être mère, et n’y parvient pas. Tout va se dégrader à cause de cela, et ça finira mal.

Une excellente mise en scène, des comédiens impeccables. C’est simple, direct et âpre. On ressent fortement le malaise de Yerma. La condition féminine a-t-elle changé de nos jours ?

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ trois = 10

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>