MARILYN, INTIME

MARILYN INTIME, de et par Claire Borotra, adaptation Didier Goupil, mise en scène Sally Micaleff, au Théâtre du Rond-Point.

On nous a dit que Norma Jeane Baker, plus connue sous le nom de Marilyn Monroe, était morte en 1962. Erreur : elle se produit en ce moment au Théâtre du Rond-Point (sous le pseudonyme de Claire Borotra). Et elle est toujours aussi belle et aussi touchante. Elle raconte sa vie et ses problèmes de façon bouleversante, et pour un peu, je serais monté sur scène pour l’embrasser à la fin (je n’ai pas osé). Elle parle de son père (qu’elle n’a pas connu), de sa mère, de ses hommes (Arthur Miller bien sur, mais beaucoup d’autres), de son désir de faire du théâtre, des rôles débiles qu’on lui donne à Hollywood, et tout compte fait de sa grande solitude… Superbe incarnation d’une comédienne admirable : un grand bravo à Claire.

C’est vraiment un spectacle à voir : ça se donne jusqu’au 5 juillet.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 × = cinquante six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>