LE MISANTHROPE

LE MISANTHROPE, mise en scène de Clément Hervieu-Léger, à la Comédie Française (salle Richelieu).

Après La Critique de l’École des femmes (que nous avions beaucoup aimée), Clément Hervieu-Léger monte donc Le Misanthrope, et je remarque avec amusement qu’il reproduit ainsi exactement ce qu’avait fait Molière au même endroit en son temps.

Cette pièce est une des plus jouées de Molière, et on le comprend car c’est un chef d’œuvre incontournable. A Paris, on l’a vue sept fois au cours des trois dernières années. Citons, parmi les plus belles réussites, celles de Dimitri Klockenbring au Lucernaire, de Jean-François Sivadier à l’Odéon, de Michèle André à La Cigale, et de Michel Fau au théâtre de l’Œuvre. Ce que nous avons vu ce soir est largement à la hauteur de celles-ci, par la qualité des comédiens et l’originalité de la mise en scène (si l’on veut pinailler, on pourrait seulement regretter une certaine lenteur de la première et de la dernière scène qui sont un peu tartinées épais, mais le reste frise le génie). Loïc Corbery est un Alceste plus vrai que nature, mais il faudrait citer tous les acteurs car tous sont excellents. Deux heures et demie de bonheur.

Bravo à toute la troupe. Et un souhait : montrez-nous maintenant les autres pièces de Molière, celles qui ne sont presque jamais montées (par exemple, L’Étourdi, Le Dépit amoureux, La Princesse d’Élide...). Merci d’avance !

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× trois = 21

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>