SCAPIN

SCAPIN, d’après Molière, au Lucernaire.

Il a un talent fou, Hervé Devolder, qui interprète à lui tout seul les fourberies de Scapin dans une version très personnelle et très divertissante. Il raconte le décor (tellement bien qu’on a l’impression de le voir), l’ambiance, les personnages, convoque Molière en personne, Cyrano de Bergerac et bien d’autres encore (j’aurais dû prendre des notes). Un seul-en-scène où on voit une vingtaine (au moins) de comédiens : faut le faire !

C’est à voir. C’est jusqu’au 4 mai.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 1 = sept

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>