LES AMOURS DE JACQUES

LES AMOURS DE JACQUES, adapté du roman de Denis Diderot Jacques le fataliste et son maître par François Lis, avec lui-même et Alexandre Bidaud (compagnie Ornithorynque), mise en scène Stéphanie Wurtz, à l’Essaïon.

C’est exactement la même équipe que celle qui nous avait donné « Duo pour Dom Juan« , d’après Molière, il y a quelques mois (déjà à l’Essaïon, d’ailleurs je crois qu’ils le jouent encore). On avait beaucoup aimé ; on a pris le même plaisir ce soir : deux comédiens extraordinaires dans une très bonne adaptation scénique.

Jacques le fataliste et son maître a été souvent adapté pour le théâtre ; on citera notamment l’excellente transposition qu’en avait fait Milan Kundera, vue il y a deux ans à  la Pépinière théâtre (mise en scène Nicolas Briançon). Ce que nous avons vu ce soir est du même niveau : enthousiasmant. C’est très drôle, un peu coquin, merveilleusement divertissant. Je ne saurais trop vous conseiller d’y aller : c’est tous les mardis à 20h jusqu’au 18 mars.

P.S. Par la même compagnie, et déjà mis en scène par Stéphanie Wurtz, on avait vu à l’Essaïon en septembre Fureur, de Victor Haïm, avec Benjamin Bollen, qu’il ne faut pas manquer non plus. Bravo, les ornithorynques !

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ cinq = 13

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>