HOMME POUR HOMME

HOMME POUR HOMME, de Bertolt Brecht, mise en scène Clément Poirée, au Théâtre de la Tempête, Cartoucherie de Vincennes.

Galy Gay, un pauvre docker, part de chez lui pour chercher du poisson. Il rencontre trois militaires qui vont chambouler sa vie, en lui demandant de prendre la place d’un de leurs amis saoûl à mort et qui ne peux rentrer à la caserne. Il va endosser ce rôle, et même l’incarner, au sens propre du terme.  La question soulevée dans cette pièce est celle de l’identité (de quoi sommes-nous faits ?) et celle de l’emprise de la société sur le moi.

Je ne sais pas si c’est la pièce elle-même, ou la mise en scène, mais cela ne m’a pas paru convaincant (ou je n’ai rien compris). Je n’ai pas reconnu Brecht. Dommage, car les comédiens étaient excellents. Nous pouvons en discuter si vous l’avez vue, sinon, c’est trop tard : c’était la dernière aujourd’hui.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− cinq = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>