LOGAN DE CARVALHO

LOGAN DE CARVALHO, MOITIÉ VOYAGEUR, de et par lui-même, co-écrit avec Anaïs Harté et Vincent Dedienne, mis en scène par Gabriel Lechevalier, au Lucernaire.

Seul en scène, il raconte son retour parmi les gitans, ses copains, ses bagarres avec les gadjés (le programme comporte un petit lexique gitan en annexe), la chourave dans les grandes surfaces, ses démêlées avec les flics, son passage au théâtre en intermittent du spectacle (notamment la scène du balcon de Roméo et Juliette), et plein d’autres choses… Il incarne successivement (et parfois simultanément !) tous les personnages, féminins et masculins, et s’exprime, comme tout bon comédien, autant avec le corps qu’avec les mots et c’est vertigineux : on a l’impression de voir réellement les personnages. Ça va très vite, c’est à la fois touchant et très drôle. Un spectacle hautement recommandable.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

A BIEN Y RÉFLÉCHIR…

3/3/17

A BIEN Y RÉFLÉCHIR… par les 26000 couverts, mis en scène et conçu par Philippe Nicolle (en fait une création collective), au Monfort.

Quelle bonne nouvelle ! : Les 26000 couverts sont de retour au Monfort, où on les avait vus dans l’idéal club et beaucoup de bruit pour rien qui nous avaient énormément plu. On n’a pas été déçu cette fois non plus. Rien que le titre complet : « à bien y réfléchir, et puisque vous soulevez la question, il faudra quand même trouver un titre un peu plus percutant » ! Il s’agit d’une troupe de comédiens en train de répéter une pièce dont la sujet est (je me répète, pardon) la répétition d’une pièce (et son élaboration) sur le thème combien réjouissant de la mort (rien que ça). Mais les difficultés se multiplient, rien ne va comme ils voudraient, tout va à vau-l’eau, et ils seront tous morts à la fin (ce qui n’était pas leur but).

A ne pas manquer si m’en croyez (c’est jusqu’au 17 mars).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

20 000 LIEUES SOUS LES MERS

26/1/17

20 000 LIEUES SOUS LES MERS, d’après Jules Verne, adaptation et mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq, à la Comédie Française Vieux Colombier.

Une adaptation fantastique (dans tous les sens du terme) de la célèbre œuvre de Jules Verne en compagnie du Capitaine Nemo (Christian Hecq), de son second Flippos (Noam Morgensztern), du professeur Aronmax (Nicolas Lormeau), son maître harponneur (Christian Gonon), son serviteur (Benjamin Lavernhe) et de l’inquiétant Sauvage qu’ils vont rencontrer (Thomas Guerry), sans compter les extraordinaires poissons et autres pieuvres du fond des mers. Six comédiens-marionnettistes remarquables (on dirait qu’ils sont au moins douze !). Vous avez jusqu’au 12 mars pour aller retrouver votre âme d’enfant.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

HOTEL FEYDEAU

HÔTEL FEYDEAU, concocté et mis en scène par Georges Lavaudant, à l’Odéon.

Quatre extraits de pièces de Feydeau Hôtel Feydeau (On purge bébé, Feu la mère de madame, Léonie est en avance, Mais n’te promène donc pas toute nue), mélange qu’Alain Françon avait déjà essayé avec succès au théâtre Marigny en 2011. Réussite complète avec une mise en scène échevelée et des comédiens excellents. On rit beaucoup : un antidépresseur qui devrait être remboursé par la S.S.!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LES FOURBERIES DE SCAPIN

LES FOURBERIES DE SCAPIN, m.e.s. Emmanuel Besnault, avec Benoît Gruel, Schemci Lauth, Geoffrey Rouge-Carrassat, Deniz Turkmen et Manuel Le Velly (Compagnie de l’Éternel Été) au Lucernaire.

Version italianisante, commedia dell’artesque et musicale de la célèbre pièce de Molière par des comédiens enthousiastes et dynamiques dans une scénographie très originale (dans la scène du sac par exemple, c’est tous les spectateurs qui se retrouvent dedans ! (mais heureusement seul Géronte reçoit les coups)). Les cinq comédiens jouent tous les rôles mais on ne se perd pas et on s’amuse beaucoup.

Ả voir absolument : c’est jusqu’au 19 mars.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

le conte d’hiver

LE CONTE D’HIVER, d’après Shakespeare, mise en scène Philippe Car au Théâtre 13 Seine.

Hourrah ! l’Agence de Voyages Imaginaires est de retour au Théâtre 13. Toujours aussi déjantés !

On se rappelle (déjà au Théâtre 13) leur Bourgeois Gentilhomme, leur Antigone et leur Cid… Cette bande de clowns hyperdoués nous a encore émerveillés par leur énergie et leur inventivité burlesque dans cette pièce peu connue de Shakespeare dont le sujet est la jalousie. Tout est remarquable : la mise en scène, le jeu des comédiens (ils ne sont que six, on a l’impression qu’ils sont soixante !), les costumes, la musique (ils sont aussi musiciens) : il n’y a rien à jeter !

C’est jusqu’au 18 décembre : ne les manquez pas.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Interlope

INTERLOPE (cabaret) Studio-Théâtre de la Comédie Française.

Interlope : louche, pour le Petit Robert. Mais pas à la Comédie Française : tout est ici très clair, et joyeusement récréatif ; seize chansons coquines choisies et mises en scène par Serge Bagdassarian, de Francis Carco, Jean Genet, William Shakespeare (si, si !), Paul Valéry, Guillaume Apollinaire et j’en passe… Une soirée délicieusement distrayante présentée allègrement par Véronique Vella. Le thème, c’est l’homosexualité, et le cadre, c’est un cabaret des années 20-30 où des artistes se transforment en le sexe opposé (hommes en femmes et vice-versa). On assiste aux préparatifs dans la loge où les acteurs bavardent et nous font part de leurs problèmes dans une société qui les accepte mal, puis on enchaîne en beauté avec la revue, dans des costumes à paillettes flamboyants pleins de couleurs et de plumes et une belle chorégraphie. Les spectateurs sont mis à contribution avec beaucoup d’humour. Ả ne pas manquer, si m’en croyez.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

OFFENBACH de poche

LES JEUX DE L’AMOUR ET D’OFFENBACH, au Théâtre de Poche Montparnasse.

Une pianiste et deux comédiens-chanteurs pour, disent-ils, une fantaisie lyrique sur des musiques de Jacques Offenbach, et c’est exactement ça. C’est drôle, beau et plein de vie. On ne peut pas rêver de meilleur antidépresseur, et ça devrait être remboursé par la sécu. Les meilleurs couplets des œuvres immortelles du grand et prolifique Jacques qui n’ont pas pris une ride.

C’est tous les jours sauf le lundi jusqu’au 6 novembre et ça serait dommage de louper cette merveille. A bon entendeur… (c’est le cas de le dire !).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’OR

L’OR, d’après Blaise Cendrars, au théâtre 14.

L’histoire (vraie) de Johann August Suter, aventurier, devenu général sur les terres de Californie qu’il a volé aux Indiens et où, pour son malheur, on a découvert de l’or au milieu du XIXème siècle. Un tel aventurier ne pouvait que séduire Blaise Cendrars, non moins aventurier. Un texte formidable, une interprétation magnifique (Xavier Simonin) accompagné splendidement à l’harmonica (aux harmonicas !) par Jean-Jacques Milteau : une soirée inoubliable. C’est jusqu’au 22 octobre : précipitez-vous !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dom Juan

DOM JUAN, de Molière, mise en scène Jean-François Sivadier, à l’Odéon.

Formidable Jean-François Sivadier une fois encore (on avait admiré son Misanthrope, déjà à l’Odéon, et sa Vie de Galilée au Monfort) par sa mise en scène foisonnante, dynamique, ludique, drôle, et servie par des comédiens hors pairs (notamment Nicolas Bouchaud en Dom Juan et plus encore Vincent Guédon en Sganarelle), dans un décor merveilleux et mobile, et une scénographie battante. Cette pièce est décidément actuelle (les excès des religions, et même leur nature intrinsèque), et pas seulement parce que Sivadier a ajouté Sexual Healing, de Marvin Gaye, chanté par Dom Juan (mais il n’en guérira qu’en enfer !), et Les passantes, de Brassens, chanté (très bien) par Sganarelle !

A ne pas manquer (c’est jusqu’au 4 novembre).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire